mardi 10 décembre 2013

Comment avoir des enfants sages.

J'ai reçu cette semaine une question que j'ai trouvée géniale: "comment fais-tu pour que la troisième peigne sans re-décorer les murs et que ton bébé patouille et fasse de la pâte à modeler sans incruster le tout dans le sol, les chaussures, etc et n'aille pas peindre avec sa soeur ?"


J'allais répondre que l'essentiel est de les maintenir tous occupés, et de naviguer d'un enfant à l'autre pour leur donner toujours de quoi faire. 

Et puis… il s'est passé ça. La rencontre d'une petite fille un peu trop silencieuse dans la salle de jeux, d'une maman occupée, et d'un pastel discrètement subtilisé dans la cuisine. Ou comment rompre joyeusement la monotonie d'un mur immaculé:



Dans la foulée, dimanche, lors de la messe, mes quatre enfants ont chahuté. Je reste toujours au fond avec eux pour qu'ils dérangent le moins possible, mais je dois avouer que les dernières minutes leur ont semblé bien longues.

Je crois qu'il n'est pas une mère qui n'ait jamais vécu ce lourd moment de solitude: maintenir silencieuse une progéniture à bout de patience, tout en restant droite sous la mitraille des regards obscurs.
L'heure achevée, soulagée de prendre le chemin de la sortie, je ne me suis pas éclipsée assez vite: une horde de personnes âgées m'est tombée dessus:
"On fait garder ses enfants pendant la messe, Madame", "Ne voyez-vous pas qu'ils dérangent?", "Vous n'êtes pas gênée qu'ils fassent du bruit?", "Mais à quoi la garderie sert-elle?". 
C'était à la messe, mais ça aurait pu être n'importe où. 

Les enfants n'ont plus leur place dans le monde actuel. On ne tolère plus ni leurs bêtises, ni leur chahut. Ils doivent être "à part": dans des garderies, à l'école… ils doivent rester entre eux, et ne pas "déranger". 

L'enfant est une personne

Nous devons cette idée à Maria Montessori ou encore Charlotte Mason.
Malheureusement, c'est trop souvent mal compris. L'enfant est une personne, qui mérite respect et attention. Il n'est pas pour autant un adulte miniature: la sagesse, le calme, la maîtrise de soi ou encore la patience s'acquièrent avec les années. 
En attendant qu'il s'assagisse, il fera mille bêtises. Et tant mieux! Il tâtonne, découvre, cherche les limites, se défoule, s'amuse d'un rien… 
Faut-il, en attendant qu'il devienne raisonnable, le mettre à l'écart? 

L'exemple scandinave

J'ai voyagé avec les enfants en Islande, Suède et Norvège. 
La fessée y est interdite. 
Mais ce qu'on dit moins souvent c'est qu'il est infiniment plus facile d'être un parent suédois que d'être un parent français. 
La pression n'est pas comparable. Les lieux publics y sont tous adaptés aux enfants: vous avez des bacs de jouets partout, et le moindre snack a quelques feutres et un carnet à prêter aux petits pour les occuper. Tout est fait pour que tout le monde se sente bien et vive ensemble: les personnes âgées, les adultes, les enfants…
Les cris, le chahut, font partie du décor, parce que les enfants font partie de ce décor. Ils sont acceptés comme ils sont; et un enfant qui ne bouge pas, c'est ça qui est inquiétant. 

Supporter les bêtises

Devenir parent, c'est très vite se rendre compte qu'on ne maîtrise pas tout. 
Partant du constat qu'un enfant peut vite se transformer en tornade, vous avez plusieurs options: 

-les mettre à l'écart pour qu'ils ne "dérangent pas". Mais je suis de ceux qui pensent qu'on apprend à devenir adulte dans le monde réel, entouré de personnes de tous âges, et non parqué dans des collectivités "entre enfants". 
-toujours être derrière eux, pour les empêcher de "déborder". Ca marche un temps, mais qui supporterait d'avoir quelqu'un toujours sur son dos?
-ou choisir d'accepter leurs bêtises. Passer derrière, prendre son mal en patience, leur demander de réparer quand c'est possible, leur apprendre à présenter leurs excuses, montrer l'exemple soi-même… expliquer inlassablement que si les hommes des cavernes dessinaient sur les murs c'est parce qu'ils n'avaient pas cette merveilleuse chose qu'est le papier… 

C'est parfois usant. 
C'est souvent décourageant. 
Et oui, cette semaine j'ai repeint un mur, et ça ne sera sûrement pas le dernier. 
J'ai été très en colère, mais les pots de crayons, la peinture et la pâte à modeler resteront toujours à leur portée dans la cuisine. Les bêtises sont inévitables, et surtout elles font grandir. 
Un enfant trop sage est un enfant qui n'ose pas, qui a peur, ou auquel on ne donne pas suffisamment les moyens d'essayer. 

26 commentaires:

  1. Encore une fois je partage ton point de vue... l'enfant n'a plus sa place... comme le dit Maria Montessori, sa liberté n'est que physique (et encore !)...
    Très intéressant aussi ce que tu dis sur les pays scandinaves... je ne savais pas du tout !

    Merci pour ce billet.

    RépondreSupprimer
  2. J'adhère à ce que vous écrivez !

    A la messe, nous nous mettons à un endroit d'où elles peuvent bien voir : dans un transept, c'est assez pratique... ça ne gêne pas et elles peuvent participer... et pas à la garderie, n'en déplaise aux vieilles dames (à qui mon mari répond vertement...!)

    M. Montessori disait (en gros) qu'on apprend à maitriser sa volonté en étant libre de ses actes... : pas de responsabilité sans liberté.

    RépondreSupprimer
  3. Article très intéressant (comme d'habitude !). Ce que tu décris pour l'Islande, la Suède et la Norvège est aussi valable en Angleterre. Ici, trouver des toilettes pour les pipis pressants en centre-ville, c'est facile (et ce ne sont pas les toilettes réservées seulement au personnel!). De même, les restaurants, pubs, salons de thé, agences immobilières, parking shop, etc, mettent toujours à la disposition des enfants un coin avec quelques jouets, des livres, du papier et des crayons. Je ne parle même pas des chaises-bébés, table à langer que l'on trouve dans tous les endroits estampillés "children friendly"! Par conséquent, pas de crise de la part des enfants = parents détendus = moment agréable de partage en famille = plus grande consommation à table ! Le pragmatisme anglais combiné au respect de l'enfant. ;-) What else?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre exemple de pipis pressants m'a fait bien rire ! Récemment, dans un magasin (en France); ma fille de 6 ans a eu ce petit souci. Je vais donc demander à la patronne du lieu s'il est possible d'utiliser les toilettes. Très pincée et regardant ma miss d'un air dégoûté, elle me répond qu'elles sont réservées au personnel, et me dit que le supermarché "là -bas" (assez loin, rue très très passante et 3 grands parkings à traverser) a des toilettes publiques... Je suis sortie du magasin, nous avons fait le tour du bâtiment, et ma fille a fait pipi... sur la porte des employés ! Hum... Moi non plus je ne suis pas toujours sage. En revanche, ma puce a trouvé la chose très distrayante, et n'a pas manqué de s'en vanter très fort lorsque nous sommes revenues faire nos achats dans le magasin.
      Je pense que la prochaine fois, on nous laissera accéder aux toilettes...

      Supprimer
  4. J'étais au Danemark cet été, je ne sais pas si la fessée y est interdite mais en tout cas j'ai eu tout à fait le même ressenti quant à la place des enfants :) Aucune pression pour qu'ils se "tiennent à carreau" en toute circonstance ; des lieux dédiés dans chaque musée où les enfants ont le droit de toucher, monter sur les objets etc. ; des gens toujours souriants et compréhensif quand un petit bout de chou trop pressé les bouscule un peu... un régal!

    RépondreSupprimer
  5. Dans ma paroisse désertée les enfants sont bien accueillis même s'ils sont vivants... Et puis ya pas de garderie alors bon :p Par contre je n'irai plus au musée des beaux-arts !!!! Un %*ù£$* nous a suivi tout le long pour nous surveiller et nous intimer "chut" dès que les enfants me posaient une question à voix basse !!!!!! Juste hallucinant, entrée gratuite mais sortie rapide pppffffffffffff Je suis venue lire parce que le titre m'interpelait "Comment avoir des enfants sages." ça me fait toujours flipper les enfants qui obéissent au doigt et à l'oeil.

    RépondreSupprimer
  6. Article très juste et très mesuré, bravo !
    Pour la messe, ici (où les enfants ont le choix d'y aller ou non), la plus jeune emporte toujours un carnet de croquis ou des feuilles et une trousse bien garnie. Elle dessine, et offre son dessin au prêtre en fin de messe, c'est rare que ça dérape =^.^=

    RépondreSupprimer
  7. Ah les petites bêtises... Mes deux grands n'ont JAMAIS écrit sur les murs... C'est donc toute confiante que je laissais les crayons, coloriages et feuilles a disposition. Mais mon numéro 3 gribouille tout !!! Les murs, les tables, les chaises, le sol, tout ! J'ai fini par enlever les crayons que je ressors quand ils me les demandent et uniquement si je suis disponible :-(

    Et pour le côté bruyant des enfants, les miens sont TRÈS bruyants, tous le monde me le dit, et je sais que certains en sont dérangé, je leur fais remarquer que mes enfants sont avant tout plein de vie ! Mais aussi respectueux des autres alors le bruit n'est que secondaire... Mais face a 10 personnes qui me regardent de travers, je leur fais la suggestion de jouer au roi du silence :-( C'est comme tu dis, les enfants doivent être entre eux pour ne pas déranger les adultes ! On en parlait justement hier avec ma mère, elle a constaté que ces amies qui ont des enfants en bas âge, les laisse a la moindre occasion, pour être entre eux, pour se détendre, pour ne pas être dérangé, etc...

    RépondreSupprimer
  8. complètement convaincu par cet article et je dirai "malheureusement"! je trouve ça tellement triste de ne pas comprendre qu'un enfant EST un enfant et donc qu'on peut pas lui demander de se tenir comme un adulte!!!
    ma plus grande solitude à moi c'est pendant le salon de l'agriculture où mon charmant fils épuisé c'est mis à hurler que devais je faire,,,,???? j'aurai du demander à cette vieille bique qui était pas contente!!! "ben oui madame c'est un enfant et en plus il a le toupé d'être épuisé dans un endroit bondé de monde et après 2H de marche!!!" au moins ça lui a fermé son clapet!!!

    RépondreSupprimer
  9. Si même à l'église les enfants ne sont plus les bienvenus ...
    une remarque liée à ton article, je constate une tendance chez les jeunes parents : il faut une salle de jeux! Chez nous tous les jouets sont dans le salon, tout un coin est prévu avec des rangements, une petite table et des chaises, un grand tapis. Ils jouent près de nous avec nous. Souvent on me demande pourquoi je ne fais pas une salle de jeux pour ne plus être envahie... Mais je réponds tjs que si j'ai fait des enfants c'est pour passer du temps avec eux, pas pour les planquer dans la pièce à côté ^^

    RépondreSupprimer
  10. Beautiful. And this, too, should be of interest: http://www.psychologytoday.com/blog/suffer-the-children/201203/why-french-kids-dont-have-adhd xxxx

    RépondreSupprimer
  11. rassurant de voir qu'on est pleins pleins dans le même bateau, mais surtout de voir que ce ne sont pas nos enfants qui tournent à l'envers mais le monde dans lequel on les fait vivre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entierement d'accord. Parfois j'ai l'impression qu'il faudrait attacher les enfants pour satisfaire certains "coinces' qui ont oublie qu'ils ont eux meme ete des enfants!

      Supprimer
  12. Bonjour.
    Super article, merci.
    Je suis entièrement d'accord avec vous toutes!
    Juste un point qui m'interpelle un peu.
    Ici les filles ont une salle de jeux , en face du salon, tout simplement parceque la chambre ici sert surtout a dormir Et que ça permet d' avoir un endroit pour ranger les jouets .
    Ça nous a également permis de leur aménager ( tout en recup ) , tout un coin cuisine , salle a manger , salle de bains etc, ce qu'on n'aurait pas pu faire dans le salon et qu'elles adorent.
    Elles sont évidemment libres de venir jouer a cote de nous , ce qu'elles font souvent, mais il arrive aussi souvent qu'elles aillent jouer dans leur " maison " en prenant soin de refermer la porte derrières elles !
    Bon, bref, tout ça pour dire , salle de jeux ne veut pas forcément dire parques , chacun son cote et isolement, ça peut aussi être tout simplement le lieu de " repos " des jouets ...

    RépondreSupprimer
  13. Ah oui , j'aurais peut être du préciser .
    Le fait que notre " salle de jeu " soit indépendante du salon est surtout lie a la taille de celui ci !
    Avec un grand salon , on peut l'intégrer ....

    RépondreSupprimer
  14. Je me suis noté anonyme car je ne savais pas ce à quoi correspondait le reste.
    Je souhaiterai faire diffuser ton article hors du net en version papier. Est-ce possible ? Si oui, de quel nom le signer ?

    RépondreSupprimer
  15. Anonyme: peux tu me contacter par email pour que nous en discutions? Merci beaucoup! petitshomeschoolers@gmail.com

    Concernant la salle de jeu, ici nous en avons une. Parce qu'il y a la place, et parce que j'avoue un penchant pour un style épuré qui me fait préférer mon salon sans caisses de playmo.
    Nobody's perfect!

    Antonella: thank yo so much, this link is great for French parents. And please say thank you to Bethesda: Arthur received his card, he was so proud. You have a pretty good artist at home!

    RépondreSupprimer
  16. Et bien nous, nous vivons en Angleterre et notre paroisse - comme beaucoup d'autres - organise une messe des familles tous les dimanches (bon, a 9h30, on ne peut pas tout avoir...)
    Les enfants sont invites a aller dessiner sur le theme du jour et a venir ensuite s'assoir au pied de l'autel pour en discuter.
    Notre fils est encore trop petit pour participer et s'il s'impatiente vraiment, je sors pour aller lui lire un livre mais le regard des gens est toujours bienveillant.
    De maniere generale, je pense que le flegme anglais prevaut dans la plupart des situations... Personne ne s'offusquera d'un bebe qui hurle dans le train. Je ne pense pas qu'on puisse en dire autant en France. Meme moi je n'ai aps cette patience !! ;)

    RépondreSupprimer
  17. Je connais trop peu mais les pays scandinaves, mais en Asie (je pense au Japon, Kirghizstan et Malaisie), si les enfant sont omniprésents au quotidien, ils sont surtout absolument silencieux. Un bon enfant est un enfant qu'on n'entend pas et qui ne bouge pas.
    Paradoxalement il y a des équipements pour enfants partout et dès que ma fille osait pousser un cri (elle avait 9 mois au Japon), quelqu'un tentait de la divertir pour lui rendre le sourire mais glissait tout de même "chuuut". C'est très bizarre à vivre.

    RépondreSupprimer
  18. Merci d'avoir répondu à ma question ^^^
    A vrai dire, mon but n'est pas d'avoir des enfants sages (ce qui anormal) mais, pour parler concret, de ne pas nettoyer la cuisine à l'heure des (si fréquents) repas, dont la ponctualité est indispensable à mes petits !
    À vrai dire, "j'aime bien" les bêtises, si elles ne concernent pas la gazinière !
    Elles donnent l'occasion d'apprendre quelque chose de nouveau, et plus fantastique encore, de mesurer le niveau de confiance en soi, d'imagination ou de volonté.

    Personnellement, à la messe, je regarde les aigris avec un large sourire. Quant à ceux qui font des réflexions déplacées, je leurs demande qui sera sur les bancs dans 20-30 ans^

    Sur le fait que les enfants doivent se tenir au garde à vous dans la société, je crois que c'est un formatage pour qu'ils le restent une fois adulte, plus qu'une méconnaissance de l'enfance.
    Je suis tombée il y a quelques semaines sur un sondage concernant les attentes des parents dans l'éducation qu'ils donnent à leurs enfants. Les statistiques étaient classées par niveau social. Plus le niveau était haut, moins la discipline comptait. La différence était saisissante.

    Je ne me relis pas, l'écran est petit et les lignes sautent tout le temps, j'espère que ce ne sera pas trop catastrophique !

    Bon dimanche !

    Sylvie

    RépondreSupprimer
  19. Pour le bruit à la messe, nous répondons :"Nous ne viendront plus, ça fera moins de bruit!" Les gens se sentent d'un coup un peu gênés... et réalisent qu'ils ont de la chance d'avoir des jeunes à la messe. Avec le sourire ça passe très bien;-)!

    RépondreSupprimer
  20. Bravo pour tes mots, je suis si d'accord, surtout la toute fin! :) Cela fait du bien de sentir d'autres parents qui pensent de la même manière! :)

    RépondreSupprimer
  21. Je suis totalement d'accord, ayant travaillé avec des enfants en difficultés, écrire sur un mur, où faire du bruit à la messe, et tellement peu grave, faut bien qu'ils vivent, des adultes font bien pire et on n'ose rien leur dire parce qu'ils sont adultes.
    j'ai eu des enfants qui ne souriaient pas, ni ne bougeaient, dans les familles en difficultés, mais quelle tristesse!
    J'ai les enfants qui bougent et a qui il faut leurs apprendre à grandir. (les aider)
    il faut aussi, savoir que les enfants nous apprennent beaucoup!! :)

    RépondreSupprimer
  22. La derniere fois qu'une vielle grand-mere m'a fait cette remarque avec mes 6 enfants,au milieu de la messe, je lui ai gentiment demande de se concentrer sur la messe plutot que sur mes enfants. Que cela lui ferait certainement plus de bien :)

    RépondreSupprimer
  23. Bien, par contre il faudra juste retirer un jour de notre vocabulaire le mot "bêtise" ainsi détourné pour qualifier les expériences des enfants inadéquates pour nous ! Si un enfant se transforme en tornade, devient réellement turbulent, incapable de concentration et de calme, alors nous pouvons améliorer beaucoup de choses dans notre relation avec lui ! Mon fils a écrit une fois sur un mur. Ca m'a d'abord fait rire. Ensuite, une simple explication, tenant compte de nos besoins respectifs, a suffit pour qu'il saisisse le rôle du mur et du papier ! Il ne la plus jamais refait.

    RépondreSupprimer
  24. On se plaindra que les jeunes couples désertent les églises, avec ce genre d'attitude ! Rétorque-leur : "Laissez venir à moi les petits enfants, ça vous dit quelque chose ?" Sinon, il y a aussi des personnes âgées qui toussent et qui reniflent durant le sermon, la prochaine fois, ne te gêne pas pour leur demander de ne pas venir à la messe quand ils sont enrhumés, car ça t'a gênée pour entendre. Je sais,c'est un peu mesquin, mais ça me fatigue, ceux qui oublient d'aimer leur prochain dès que celui-ci les dérange tant soit peu.

    RépondreSupprimer