lundi 5 janvier 2015

Apprendre par la narration

L'open university a publié pour la troisième année consécutive son rapport sur les tendances en matière d'innovations pédagogiques. "Learning throught storytelling", apprendre par la narration, en fait partie.

La narration dans la pédagogie Charlotte Mason

Extrait du livre "La pédagogie Charlotte Mason":

"Les enfants savent naturellement raconter leurs expériences: ce n’est pas une faculté artificielle ou contre-nature. On ne devrait jamais demander à un enfant de moins de six ans de faire une narration, mais s’il le fait spontanément nous devrions l’écouter avec beaucoup d’intérêt. A partir de six ans nous pouvons commencer à exploiter cette capacité à des fins éducatives en faisant la lecture à l’enfant et en lui demandant ensuite de raconter ce qu’il a retenu de l’histoire, épisode après épisode. (...) L’adulte lit donc à l’enfant deux ou trois pages, pas plus; la narration de l’enfant ne doit pas être corrigée. Il faut éviter de l’interrompre pour rectifier les erreurs de grammaire par exemple. La leçon complète, lecture et narration, n’excède pas quinze minutes. On peut ensuite discuter de la morale de l’histoire. Une fois que l’enfant est capable de lire de beaux récits seul en assez grande quantité, alors seulement nous pouvons cesser de lui faire la lecture et le laisser préparer seul sa narration."

Des khôlles de classes prépa... adaptées aux plus jeunes

Il existe un monde entre les exercices à trous, interrogations et autres quizz... et la narration orale ou écrite. Les premiers encouragent le bachotage et l'apprentissage par coeur sans comprendre. Le second exercice est beaucoup plus poussé: l'enfant auquel on pose une simple question en guise de sujet est obligé de développer ses capacités de réflexion. Avec la narration impossible de faire illusion: si vous n'avez pas compris, cela se voit tout de suite. 

La narration en hypokhâgne-khâgne s'appelle une khôlle: une seule phrase est donnée, à vous d'en faire vingt minutes d'exposé oral construit, en faisant appel à toutes vos connaissances et en croisant les idées pour bâtir un ensemble cohérent. Des narrations écrites régulières fonctionnent sur le même principe. Si les prépas fonctionnent ainsi c'est parce qu'elles ont une obligation de résultats et un temps très limité pour y parvenir: seule la narration permet d'améliorer aussi vite les capacités de réflexion des élèves. 

Non seulement il est possible de pratiquer cet exercice avec des enfants de 6 à 16 ans, mais c'est même le meilleur exercice qui soit, dans presque toutes les matières. En géographie, histoire, français, anglais, sciences... la lecture suivie d'une narration de l'enfant peut tout à fait être placée au centre des apprentissages et remplacer presque intégralement les exercices à trous et autres interros. 

- pour évaluer les connaissances de l'enfant
- pour l'aider à assimiler vite et bien (on s'approprie les idées en les reformulant)
- pour encourager la concentration (s'il sait qu'une narration suivra, l'enfant est beaucoup plus concentré lors de la lecture)
- pour entraîner l'expression, debout et à voix haute (chaque narration est suivie d'un court débriefing: "attention aux mains nerveuses, aux "euh", n'oublie pas de finir tes phrases, pense à éviter de te tripatouiller les cheveux, évite les blancs...")
- pour gagner un temps précieux

Exemples de sujets pour la narration

- Peux-tu me raconter l'histoire que je viens de lire? 
- Peux-tu raconter les évènements qui se sont produits dans le bon ordre?
- Dis moi tout ce dont tu te souviens sur Atalante. 
- Qu'as-tu compris de l'aventure de Jason?
- Pourquoi Loki a-t'il agi ainsi? 
- Peux-tu comparer l'histoire que je viens de lire et celle d'hier, qui lui ressemblait beaucoup je crois?  
- Peux-tu comparer Odin et Zeus?
- Es-tu d'accord avec le comportement d'Héraclès ?
- Peux-tu décrire le massif central ?
- Peux-tu me raconter le passage que tu as préféré, et pourquoi tu as choisi celui-ci?
- Pouvez-vous jouer la scène? 
- Imagine que tu es un personnage de l'histoire: peux-tu la raconter de ton point de vue? 
- Pourquoi est-ce drôle? 

Et vous, pratiquez-vous la narration? 


5 commentaires:

  1. alors là petits homeschoolers ton article va peut être me retirer une épine du pieds. Avec les cpc ker lann, nous avons ce type d'exercice, en français (la lecture expliquée) et puis dans les autres matières tel que l'histoire, la géo et la science. Les devoirs sont sous forme de question encourageant la narration. Avec mon aîné en CM1 9 ans, les débuts ont été un peu difficile n'étant pas habitué à ce type d'exercice, maintenant il est à l'aise, pour ma deuxième 8 ans CE1 (introvertie, je précise car je trouve que cela influence beaucoup) cela se complique, d'une nature peu curieuse du domaine scolaire et bien je suis obligée de lui faire apprendre par cœur les réponses pour qu'elle puisse faire son devoir. Pourtant en rédaction elle est à l'aise et d'une grande imagination....mais pour les devoirs "quels sont les diférents types de montagnes en France ?" Ca sera le néant, j'ai presque le regret de ces fameux documents à trou que l'ont trouve à l'école, tellement j'ai l'impression de ne faire que du bachotage.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai découvert votre blog il y a pas mal de temps. Je m'y plonge depuis peu avec beaucoup de plaisir. Ma fille est scolarisé car je serai incapable de lui proposer une instruction. J'ai un petit niveau. Par contre j'aime beaucoup ce que vous proposer et j'aime compléter l'instruction scolaire qu'elle reçoit par des activité dans notre quotidien. Votre blog et la méthode Mason va bien m'aider !!! J'ai commencé un cahier de nature et je compte bien poursuivre. Ma fille viens d'avoir 5 ans et je suis impressionné car elle fait des petite addition de tête. Des simple mais elle les fait. ("mais maman après il restera plus que 2 clémentine, c'est pas passé pour nous 3" cette phrase ma surprise: soustraction et déduction...)

    Meilleurs voeux pour cette nouvelle année et au plaisir de vous lire. Ady & co

    http://chezadyetco.canalblog.com

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce très bon article Laure ! Nous faisons aussi de la narration quotidienne, que se soit avec Eloïse 7 ans et demi mais aussi avec Emma, 4 ans et demi . Et il est certain que cette pratique encourage l'enfant à une plus grande attention, développe la construction de ses idées et de ses phrases, ainsi que son vocabulaire . Je te souhaite de nouveau une très bonne année ainsi qu'aux enfants . Un séjour en Avril se profile pour nous .

    RépondreSupprimer
  4. J'ignorais que la narration était une méthode pédagogique à proprement parlé, et que Mason la mettait tellement en avant.
    Il faut vraiment (et ce sera ma résolution pour 2015) que je lise attentivement Charlotte Mason cette année car je la rencontre partout!
    C'est un penchant naturel chez beaucoup d'enfants à qui on lit. Les enfants s'en emparent avec plus ou moins de facilité mais chez nous, la narration est plébiscitée. Nous l'avons intégrée dès le plus jeune âge et elle est merveilleusement relayée dans l'école des enfants: club lecture / restitution de leçon (jamais de par coeur ce qui m'effrayait au départ mais finalement) et conseils coop. S'exprimer à l'oral, s'approprier une histoire et la raconter, cadrer un récit, mais aussi prendre du recul sur les informations lues et donner son avis au fil de la restitution: autant de qualités que la narration renferme en elle.
    Merci pour cet article et très belle année 2015

    RépondreSupprimer
  5. J'ai très envie de m'y mettre même si je le fais déjà spontanément avec eux mais peut-être pas assez souvent :P
    Ah, et pourrais-tu me redonner le titre du livre des mythes, très complet, que tu recommandais ?

    Merci et, surtout, belle Année 2015 à toi et ta famille !

    RépondreSupprimer